Muttersholtz – Concert à la Poterie

Carte blanche au Quatuor Varèse

DNA_ 7 mai 2015

Déjà accueilli en 2012 dans le cadre des concerts de l’AJAM, le Quatuor Varèse revenait en ami à la Poterie dimanche 26, auréolé de nombreux titres internationaux.

Depuis plus de 50 ans , l’AJAM, l’association des Amis des Jeunes Artistes Musiciens de Strasbourg, travaille pour faire reconnaître le talent des premiers prix des conservatoires de musique et surtout pour leur donner les moyens de se produire. C’est dans cet esprit que le Quatuor Varèse avait déjà posé ses étuis à violon à la Poterie en 2012 et y revenait dimanche dernier.

Surprenant « Dutilleux »

Pour sa fin de tournée régionale, le quatuor interpréta trois œuvres, classique, romantique et contemporaine. Si avec le Quatuor K464 de Mozart, les artistes ne prenaient pas trop de risque, (on raconte que même Beethoven avait été hypnotisé par ce morceau), une partie du public fut déstabilisée par l’œuvre suivante, « Ainsi la nuit » de Henry Dutilleux.

Ce même public qui fut vite rassuré par la dernière œuvre, le Quatuor op.135 en Fa M de Ludwig Van Beethoven. Un public de mélomanes qui était venu en nombre à La Poterie et de loin. Il y a des lieux qui peinent à trouver leur public, il y en a qui auraient besoin de pousser les murs et c’est ce qu’auraient bien aimé faire Jean-Claude Omeyer et Patricia Marino dimanche. Le talent du Quatuor Varèse y est bien sûr pour beaucoup. Depuis 2012, il a reçu le deuxième prix et le prix spécial de la meilleure interprétation d’une œuvre de Mozart au Concours International Mozart de Salzbourg, ainsi que le troisième prix au Concours Paolo Borciani de Reggio Emilia et enfin le prix spécial pour l’interprétation d’une œuvre contemporaine.

Alors oui le « Dutilleux » est surprenant, mais l’interprétation que le Quatuor Varèse en a donnée fut révélatrice de tout le talent réuni de ces jeunes artistes. De même que leur travail sur Mozart et Beethoven révèle une interprétation légère, fluide et sobre qui encense chaque mouvement de l’Allegretto au Vivace. Souriant mais pressé par le temps, le Quatuor accorda quelques autographes et se plia à une séance photo avant de courir à la gare direction Lyon, le public parla d’eux encore longtemps autour d’un verre à La Poterie.

 

M. K.

 

Connexion